Evaluation mi-parcours du programme d’appui au renforcement des capacités pour la mise en œuvre de l’initiative grande muraille verte pour le Sahara et le Sahel au Burkina Faso (IGMVSS).

Mandaté par l’APEFE (Association pour la Promotion de l’Education et de la Formation à l’Etranger), Tr@me a réalisé l’évaluation mi-parcours du programme de renforcement des capacités (PRC) institutionnelles et organisationnelles des structures de coordination et de gestion de l’IGMVSS du Burkina Faso. L’évaluation est intervenue en mai et juin 2016, après 1 an et demi d’activités.

 

L’évaluation devait être évaluative et formative d’une part, qualitative d’autre part. A cet effet, Tr@me a donc décidé de combiner des ateliers participatifs regroupant la plus grande diversité possible d’acteurs avec des rencontres individuelles, complétées par la lecture des documents transmis par l’APEFE. Ces ateliers participatifs ont été organisés aux niveaux national et régional. Au total, 14 personnes ont été interviewées parmi les membres du Comité de Pilotage du PRC et parmi le secteur associatif, et 64 personnes ont pris part aux ateliers participatifs dont les représentant(e)s des directions régionales, provinciales et des agents forestiers. Tant les rencontres individuelles que les ateliers étaient basés sur une grille « intelligente » de questions évaluatives modulant le type de question selon l’interlocuteur rencontré. Cette grille a été construite de manière à pouvoir analyser les critères d’évaluation requis par le cahier des charges à savoir: pertinence, efficacité, efficience, impact, durabilité, harmonisation, alignement, appropriation, gestion axée sur les résultats, responsabilité mutuelle. Rajoutons la philosophie générale d’intervention de Tr@me laquelle était basée sur l’ouverture et une volonté de compréhension à travers un questionnement itératif.

 

Commanditaire : APEFE

Durée : Mai-juin 2016

Contacts : Caroline Grégoire et Benoit Delaite

 


L’IGMVSS – http://www.greatgreenwallinitiative.orgest une initiative sous-régionale regroupant actuellement plus de 20 pays africains. Elle vise à mettre en place un partenariat africain, appuyé par la solidarité internationale, pour enrayer et inverser les tendances à la dégradation des terres (eau, sols, végétation) dans les régions sèches d’Afrique, à travers un ensemble cohérent et concerté d’interventions ciblant simultanément les trois objectifs suivants :

  1. la conservation, le développement et l’aménagement des ressources naturelles renouvelables et des écosystèmes;
  2. le renforcement des infrastructures et l’optimisation des potentiels ruraux;
  3. la consolidation et la diversification des activités économiques et l’amélioration des conditions de vie des communautés rurales locales.

En juin 2012, le Burkina Faso a adopté sa stratégie et son plan d’action national relatif à l’IGMVSS. Il s’inscrit dans une vision de Gestion Durable des Terres pour mieux fédérer les efforts de lutte contre la désertification, la perte de la diversité biologique et le changement climatique, mais aussi pour faire face à la pauvreté rurale. Les régions retenues pour la zone d’intervention prioritaire sont le Plateau Central, le Centre-Nord, le Sahel et l’Est. Cette zone couvre 15 provinces, 101 communes, et abrite environ 4.076.000 habitants en 2006.